Chats des rues :
stérilisation de rigueur

Les associations qui s'occupent de chats sont débordées. Et si vous leur donniez un coup de pouce ?
Si votre matou fait partie de ces centaines de milliers de petits félins urbains qui vivent le plus claire de leur temps au grand air, chassant oiseaux, souris et mulots, sans oublier de courir le guilledou et que vous avez oublié de faire identifier et stériliser, "il faut réagir", avertissent les associations de protection animale.
Surpopulation
Il faut savoir en effet que la reproduction incontrôlée d'un couple de chats - sauf accident - peut essaimer au bout d'une dizaine d'années, plusieurs centaines de milliers d'individus.
Malheureusement, malgré les nombreuses et régulières sollicitations des associations de ces populations félines urbaines, "les propriétaires sont encore trop nombreux à laisser filer "Roméo" a sa guise, sans avoir pris soin de le faire identifier (puce) et surtout de le faire stériliser."
Résultat : les portées naissent au gré des rencontres et les chats errants continuent de croître sur le macadam et dans des conditions indignes "de l'animal de compagnie n°1".
Les associations de protection sont débordées et n'ont ni le temps ni l'argent pour s'occuper de ces nombreux matous nés au hasard d'une rencontre... De nombreuses initiatives sont nées face à cette multiplication de la population féline, qui reste cependant difficile à estimer car livrée à elle-même.
Des "sauveteurs" de chats des rues ne comptent plus le nombre de chats recueillis, soignés, vaccinés, stérilisés et identifiés, mais les finances de ces bénévoles sont limitées. De surcroît, ces personnes et associations qui comptent sur une aide matérielle (local, etc.) des municipalités, sont rarement épaulées ou tout simplement écoutées...
D'où la nécessité de rappeler que le bien-être de la population féline urbaine passe par une stérilisation et une identification systématique, afin de contrôler cette population. Stériliser plutôt qu'euthanasier est devenu le maître mot de ces associations. Aussi faut-il les soutenir dans cette véritable mission de service public afin que la population féline urbaine vive en harmonie avec son milieu.
Une idée fausse
contrairement à une idée reçue, la castration n'entraîne pas de retard de croissance même si elle est effectuée avant la puberté. Dans certains pays (aux Etats-Unis notamment) tous les chats sont stérilisés à l'âge de trois mois, c'est à dire avant d'être adoptés ou vendus, et leur taille n'en est pas du tout affectée.
Concernant l'identification, le tatouage a été pendant longtemps le moyen le plus sûr de retrouver un animal perdu mais désormais une nouvelle méthode d'identification est à la disposition des propriétaires : la puce électronique. De quoi s'agit-il ? En fait un "transpondeur" qui contient la puce pas plus grande qu'un grain de riz. Elle est implantée sous la peau sans anesthésie car l'opération est parfaitement indolore.
Son coût : entre 65 et 70 € (consultation et pose chez un vétérinaire).